Translate

vendredi 21 juillet 2017

POUR TA FOI, UNE BALLE DANS LA TETE

Le père Philosoph Ornatski et sa famille
On demanda à l'archiprêtre Philosoph (Ornatski): "qui va-t-on fusiller en premier, vous ou bien vos fils?"
"Mes fils" répondit-il.
Pendant que l'on tuait Nikolaï et Boris, leur père, à genoux, priait pour le repos de leur âme, il lisait les prières des mourants. La division de gardes rouges refusa de tirer sur le prêtre prosterné, refusèrent également les soldats chinois. Alors le jeune commissaire s'approcha lui-même du père Philosoph et lui tira un coup de revolver à bout portant.


A une question sur les vers qui lui furent consacrés par le hiéromoine Romain (Matiouchine) je répondis brièvement: "Le poème a été écrit après la lecture de quelques vies des nouveaux martyrs. Il avait été stupéfait par la fermeté d'esprit, l'exploit de la foi des amis de Dieu.















POUR TA FOI, UNE BALLE DANS LA TETE
hiéromoine Romain (Matiouchine)

La sentence inique était prête
Pour ta foi, une balle dans la tête.
Et les bourreaux de persifler
Pope, dis-nous qui tuer en premier ?

Décide, comme tu voudras :
Tes fils en premier ou bien toi ?
Merci, bonnes gens, pour cela
Mes fils d’abord et ensuite moi.

Ne craignez pas la mort subite
Petits enfants, allez au Christ
Pleine de grâce est notre mort
Je vous suivrai, allez d’abord.

La salve gronde très bientôt
Tombent ses fils sans un mot
Accompagnés de ses prières,
« Je suis prêt » déclare leur père.

Le Seigneur bénit vos couronnes
Il faut partir quand l’heure sonne
O trois fois bienheureux chrétiens
O grandeur de l’amour très saint !


Post traduit par moi-même

Протоиерея Философа (Орнатского) спросили:
«Кого расстрелять сначала — вас или сыновей?»
«Сыновей», — ответил он.
Пока убивали Николая и Бориса, отец, встав на колени,
молился об их упокоении,читал отходную.
Взвод красноармейцев отказался стрелять
в коленопреклоненного священника, отказались и китайские солдаты.
Тогда молодой комиссар сам подошел к отцу Философу
и в упор выстрелил в него из револьвера.
На вопрос о посвящении стихотворения иеромонах Роман (Матюшин) ответил кратко: «Стихотворение написано после прочтения некоторых житий новомучеников. Был потрясён стойкостью духа, подвигом веры боголюбцев».
"ЗА ВЕРУ В БОГА - ПУЛЯ В ЛОБ..."
Иеромонах Роман (Матюшин)
Судом постыдным осудили:
За веру в Бога — пуля в лоб.
И палачи ещё шутили:
— Кого сначала шлёпнуть, поп?
Решай, как скажешь, так и будет,
Тебя или сынов твоих?
— Спасибо и на этом, люди.
Меня — потом, сначала — их.
Не бойтесь, детки, смерть мгновенна,
Я отправляю вас к Христу,
Кончина за Него блаженна,
А я за вами вслед приду.
И грянул залп, и был он меток,
Упали молча сыновья.
Отец отпел себя и деток:
— Ну вот, теперь готов и я.
За землю нечего держаться —
Господь венцы благословил.
О, треблаженные страдальцы!
О, высота святой Любви!


mercredi 19 juillet 2017

L’imbécile qui se confie au diable paie l’addition deux fois


https://tsargrad.tv/articles/bes-bespokajanstva_74958

On tira à l’empereur une balle en pleine figure, lui emportant la moitié de la tête. On considéra que le danger, pour le bonheur universel, des quatre grandes-duchesses, des jeunes filles de 22, 21,  19 et 17 ans, était si grand qu’on donna le coup de grâce à chacune, dans la tête. La princesse Olga était une grande et forte jeune fille et pour l’achever, on lui brisa les côtes à coups de baïonnette. On brûla les corps du tsarévitch Alexis et de la princesse Maria. On aspergea d’acide le visage des autres. Pour les rendre méconnaissables.
On va maintenant publier de plus en plus d’informations sur le crime monstrueux qui fut commis dans la nuit du 16 au 17 juillet 1918, dans la cave de la maison Ipatiev, à Ekaterinbourg. Et chaque nouveau document, chaque nouvelle expertise éclairera toujours davantage le tableau de cette boucherie cruelle que l’on ne peut se décider à appeler une exécution ou un passage par les armes. Il n’y a pas de régicides romantiques, mais l’hécatombe qu’organisèrent les prêtres du culte rouge défie l’imagination par son ignominie et sa sauvagerie.
Il est important de le rappeler, car les aspects mystiques, moraux, historiosophistes de la tragédie d’Ekaterinbourg nous en cachent souvent l’aspect humain et criminel. Les apologistes ricanants des assassins aiment à répéter la formule : « Ce n’est pas l’empereur qui a été tué mais le citoyen Romanov », éructation de cet amour soviétique obséquieux des chefs, comme si la mort d’un citoyen ordinaire signifiait moins que celle d’une personne titrée et haut placée. C'est pourquoi en effet, allons-y, oublions une seconde que fut tué l’empereur de toutes les Russies, dont les confirmations de l’abdication n’ont, bien sûr, aucune force juridique véritable, que le tsar russe a fini en martyr…Nous parlerons de la mort du « citoyen Romanov ».
Un couple d’époux âgés fut tué, sans jugement ni accusation, de façon bestiale, en même temps que ses enfants, quatre jeune filles en âge de se marier et un adolescent malade, et de plus, avec ses familiers, le médecin, le cuisinier, la femme de chambre et le valet de chambre. Même à l’époque de la célèbre année 37, on ne vit pas de massacres familiaux de cette ampleur.  Dans le cadre de cette époque, cela rappelle davantage les  sanglants massacres collectifs commis par les banderistes[1] et les « frères de la forêt ». Aujourd’hui, un meurtre collectif de cette ampleur mettrait sur les dents  toutes les chaînes fédérales pendant plusieurs jours, le commandement du comité d’Enquête prendrait l’affaire sous son contrôle personnel, la presse en discuterait les détails pendant des mois.  Voilà quelle serait la signification du meurtre de ces « simples citoyens ».
Est-ce ainsi que la société considère le meurtre de la famille impériale ?
Il y a, bien entendu, ceux qui en éprouvent un chagrin sincère, pour qui les « journées du tsar » sont un moment de concentration spirituelle personnelle et de deuil. Mais à lire notre internet, il est impossible de ne pas remarquer cette vague de détritus d’activité mentale secondaire, moquerie, persiflage, appels à ne pas « rappeler le passé » et en même temps, promesses de le « répéter » (c’est-à-dire qu’on ne parle plus du passé mais de l’avenir, ils peuvent refaire cela à nouveau) qui nous passe par-dessus la tête… Et des justifications infinies, des justifications de soi , des justifications de soi, comme si, sans avoir confirmé la justice du régicide, ces gens-là ne pouvaient vivre normalement.
Le déferlement même de ces autojustifications, exposées avec une impudence de truand expérimenté, nous dit que leur conscience les brûle et qu’en son for intérieur, notre société ne s’est pas réconciliée avec ce crime… Mais il y a ceux qui le voudraient bien. Tuer le tsar, tuer ses enfants et vivre heureux et tranquilles. Que ne vont-ils pas nous dire ici : ils vont rappeler la Khodynka, le dimanche sanglant, la fusillade de la Léna, Tsusima et Tannenberg, ils vont persifler sur Raspoutine, lancer pour la millième fois la fable stalinienne de l’exécution des chats, et mettront même en circulation le fils pendu de Marina Mnychek en 1614, pourvu que ce cruel infanticide du XVII° siècle pût justifier les assassins du XX° s’écroulant dans la barbarie…
On demande souvent : pourquoi se vautrer indéfiniment dans le repentir du régicide ? N’y a-t-il pas là quelque masochisme national, qui humilie le peuple russe sur la route hardie qui le conduit de l’époque du vélocipède à celle du giroscooter ? La vague de démence  ricanante qui s’élève à chaque évocation du souverain, montre qu’en réalité, nous ne sommes pas encore repentis une seule fois. Nous n’avons entendu d'estimation juridique et politique claire du régicide ni au niveau gouvernemental, ni au niveau humain, où les cœurs endurcis, devant le rappel de la cruauté et de l’iniquité, de l’infanticide et des coups de grâce tirés dans les crânes des jeunes filles, se répandent en nouveaux persiflages.  Notre société ne souffre pas d’un repentir exagéré, mais au contraire, de son absence enragée et provocante.
Il ne s’agit pas de se repentir des péchés des autres, des coups de revolver de Iourovski, de l’acide de Boïkov, des intrigues de Chaï Golochtchekine, de la noire volonté de Sverdlov, Bronstein et Oulianov… Il s’agit, pour commencer, de se repentir pour soi-même, des petits mots et des petites phrases insultantes, de la répétition irréfléchie et ignorante de cette légende noire que depuis la fin du XIX° siècle a assénée l’intelligentsia russe progressiste, pour rendre inévitable ce final sanglant, de l’invention de ces phrases cauteleuses et menteuses sur le thème « seuls les bolcheviques pouvaient sortir la Russie impériale de son impasse pour la mettre sur la voie de la modernisation ».  La haine du tsar est un virus mental grave qui infecte pratiquement toutes les couches de notre société, y compris même le clergé, les conservateurs, les nationalistes et parfois même… les monarchistes. Et voici que si l’on s’examine bien, alors on peut presque toujours trouver en chacun cette pourriture. Et si l’on ne se repent pas de cela, alors pourquoi se repentirait-on, en général ?
Représentons-nous des gens qui,  parlant  du péché originel avec agressivité et ardeur, diraient qu’Adam et Eve devaient obligatoirement goûter au fruit défendu, que le serpent disait des choses sensées et avait de bonnes intentions, mais que le méchant Dieu avait injustement maudit nos premiers ancêtres.  De telles gens existaient naturellement en quantité restreinte, mais à toutes les époques, on les regardait d’un mauvais œil. Dans notre ensemble, si nous croyons un tant soit peu au dogme du péché originel, comme en un fait historique ou au moins un symbole, nous aimerions qu’il n’eût pas eu lieu.  Et pourtant, Adam et Eve n’ont tué personne, n’ont percé le crâne de personne, n’ont pas brûlé de cadavres. Tout cela, il est vrai, Caïn l’a fait, mais son fan-club est plutôt limité.
Avec l’assassinat du tsar, c’est une autre histoire. Des centaines de milliers et des millions de lemmings virtuels et réels insistent avec une extrême obstination sur la nécessité historique et la justice de ce crime. Et cela implique des conséquences. Les politologues supposent que la nation se crée par la diffusion du haut vers le bas des privilèges de l’aristocratie et que le premier des aristocrates est le monarque. Eh bien, notre peuple a reçu tous les « privilèges » à pleine mesure. Nous nous sommes permis de calomnier notre tsar, et la saleté des calomnies russophobes s'accumule en couches de plus en plus épaisses et nauséabondes. Nous nous sommes permis de tuer notre tsar sans jugement ni enquête et nous errons en nous plaignant de l’absence totale, dans notre pays, de toute justice, nous nous étonnons de décisions iniques et de la corruption des tribunaux, c’est-à-dire de ce qui n’existait pas sous l’empereur Nicolas II, et ne pouvait pas exister.  Nous nous sommes permis de tuer d’innocentes jeunes filles, des adolescents invalides, des cuisiniers et des  femmes de chambre, et nous avons vu ensuite comment tout le pays est parti vers les exécutions sommaires dans les camps et la déportation, femmes, enfants, colonels et cuisiniers.
Nous avons bu et buvons encore aujourd’hui la coupe qu’ont bue jusqu’à la lie notre tsar et ses enfants. Et cela nous ramène aux questions d’Ivan Karamazov.  Personne n’a pu encore répondre à la question : en quoi  le coup de grâce dans la tête de la grande duchesse Tatiana était-il indispensable à l’avènement du bonheur des peuples ? Et au fait, où est-il, ce bonheur ? Bien sûr, si même il était advenu, il n’aurait pas valu cette même petite larme d’enfant. Mais tel qu’il n’existait pas autrefois, il n’existe pas non plus aujourd’hui. L’imbécile qui se confie au diable paie l’addition deux fois.
Notre société repose sur les ossements de ces enfants torturés, elle repose sur le marécage de l’effondrement moral, économique, social, national, et s’entête à ne pas vouloir faire la relation entre ces deux faits. Et quand elle essaie d’inventer une recette « populaire » de vie meilleure, c’est encore une autre recette d’assassinats massifs : « Qu’on les fusille ! » «Dans les camps ! » « Ah si Staline était là maintenant, ouh ! Ce qu’il en ferait ! » Mais c’est que chaque Staline commence avec Iourovski et des montagnes de cadavres d’enfants et s’achève de cette manière.
Il fut un temps où le thème du repentir dans notre société fut captée et profanée par les descendants des régicides. Ce sont eux, essuyant une fausse larme sur leur joue sale, qui exigeaient du peuple russe qu’il se repente, qu’il se repente pour « l’introduction des troupes en Tchécoslovaquie », pour les « trois millions de dénonciations » et beaucoup d’autres choses encore.  Et l’assassinat du tsar, avec les autres atrocités des bolcheviques, était mis au « compte » du peuple russe, présenté par les … descendants de ces mêmes bolcheviques. Et avec pour seul but de piller jusqu’au bout, d’humilier plus bas que le fond du fond, de façon à ce que les Russes ne se relèvent jamais. Ce genre de repentance devant les étrangers était dépourvu de grâce et porteur de mort.  Son essence consistait en la fabrication de « matériel »  en vue de la justification de n’importe quelle infamie future à l’encontre des Russes.
Mais la vague  de refus du repentir qui monte à notre rencontre, de provocation démonstrative envers ces crimes, ou de leur négation éhontée n’est en rien meilleure. Nous ne pouvons construire la Russie comme la maison natale du peuple russe sur les fondations du néobolchevisme, sur la justification de la collectivisation et le génocide de la campagne russe, sur l’athéisme militant et l’extermination massive des chrétiens fidèles, sur la démence marxiste et la destruction des meilleures parties de l’intelligentsia nationale. Et bien sûr, on ne peut construire la Russie sur la justification et la glorification du régicide, sur l’immunité de Voïkov et autres noms puants sur les cartes des rues de nos villes.
Mais on ne peut atteindre un véritable repentir, une métanoïa, c’est-à-dire un changement de direction dans la société, si l’on ne se repent pas dans son propre cœur, si l’on n’y laisse entrer la chaleur de l’amour pour les martyrs impériaux, si l’on n’y reçoit leur amour en retour, qui en chassera la légion des démons de la révolution.

Yegor Kholmogorov

Cet article percutant reflète une vérité qui m'inquiète. J'y vois un parallèle avec l'histoire de la France, qui meurt deux cents ans plus tard des suites de sa révolution et de ses crimes. J'avais pensé que dans son ensemble, la Russie avait fait ce que nous n'avons pas fait: acte de repentir. Mais à côté du travail de sape des libéraux, qui ont perdu la Russie en 17 et voudraient bien l'achever 100 ans plus tard, apparaît le facteur de division qu'est cette impudente vague néostalinienne et négationniste qui crache sur les nombreuses tombes communes, dont beaucoup restent encore anonymes, où l'on a jeté non seulement le tsar et ses enfants, une bonne partie de l'intelligentsia, complice ou non, et de l'aristocratie, mais les paysans, les chrétiens et les cosaques, les musiciens populaires et les artisans, tout ce qui faisait la sainte Russie, haïe d'une bande de russophobes et de zombies à leur service, comme aujourd'hui en Ukraine. Cette méchanceté indomptable qui renaît de ses cendres et trépigne peut compromettre le salut d'un pays qui est l'unique refuge des valeurs chères aux gens normaux.





[1] Partisans du nationaliste ukrainien pro nazi Bandera

Une "matouchka" française

Dans l’aéroport, je pensais sans arrêt, au bord des larmes, à Doggie qui ne m’accompagne plus, à notre dernier  voyage ensemble, quand il était malade. Je pensais aussi à la « vilaine Rosie », comme dit ma cousine Françoise, qui ne doit pas comprendre pourquoi elle a brusquement changé de maîtresse…
Hier, j’ai rencontré Claire, une jeune Française mariée avec un prêtre russe. Elle a quarante ans, elle ne les fait pas du tout (mais enfin à quarante ans, on est encore tout ce qu'il y a de plus jeune et j'aimerais bien les avoir encore), elle a un physique juvénile, avenant. Ses cinq enfants sont gentils, paisibles et très bien élevés. Ils parlent parfaitement français, et j’éprouvais une impression étrange, dans leur appartement russe d’un quartier de grands immeubles en béton, à écouter le discours français de cette petite famille. Nous avons partagé notre nostalgie. Comme moi, elle a du mal à écouter Trenet, par exemple, « Douce France » ou « la mer », parce que c’est la France que nous avons perdue, et cette seule évocation m’a mise au bord des larmes, et cela alors que toutes deux, nous avons été fascinée par la Russie, nous l’avons aimée et choisie, avec l’orthodoxie, mais la France est en train de mourir, avec notre passé, notre culture et tout ce qu’avaient bâti nos ancêtres et nous la pleurons…
Élevée dans une famille très catholique, elle se sentait depuis l’enfance l’objet d’une certaine persécution, perpétuellement moquée et méprisée. Elle apprécie d’être dans un pays chrétien, où l’on peut porter sa croix de baptême et se signer tranquille. Elle apprécie aussi que ses enfants échappent aux monstrueux programmes « d’éducation sexuelle » qui se mettent en place actuellement dans les écoles françaises et qui sont un véritable viol des jeunes consciences. Je suis cela de près, car n’ayant jamais vraiment quitté l’enfance, je me sens particulièrement concernée. C’est tellement grossier, laid, trivial, intrusif… En réalité, les enfants n’ont pas du tout besoin des adultes pour éprouver de premiers émois sensuels ou amoureux, mais ces délicats processus prennent place dans leur jardin secret enfantin, ils n’ont pas envie d’en parler. L’intrusion des adultes ne peut que provoquer des dégâts terribles. De même, la sexualité des adultes ne peut concerner les enfants, c’est un domaine qu’ils ne sont pas prêts à aborder. Petite, j’étais un garçon manqué, aujourd’hui, on tenterait de me convaincre que je suis une candidate aux hormones et aux opérations ou une future homosexuelle. Or tout garçon manqué que j’étais, mes songes n’étaient pas hantés par des filles. Je rêvais de héros grecs, et plus tard d’Alexandre Nevski ou d’Ivan le Terrible, figures éminemment viriles. Quand je vois des parents américains envisager de bourrer d’hormones leur fille de onze ans ou expliquer à leurs enfants gênés comment se masturber, en présence d’une maritorne qui exhibe des godemichés, j’ai envie de hurler.
Je me souviens d’avoir été amoureuse de grandes personnes. Du beau garçon de la plage quand j’avais onze ans. Il en avait dix-sept et, attendri, m’avait emmenée faire un tour en canoë. Si dans ce canoë, où j’étais si fière de me trouver avec lui, il s’était livré sur moi à des attouchements, je pense que j’en aurais été très perturbée. Je trouvais un ami de ma tante Renée magnifique. C’était un homme de trente ans, bronzé, blond et bouclé, athlétique et je lui avais déclaré : « Monsieur que vous êtes beau, vous ressemblez à un Grec ». Quand il avait compris que j’entendais par là un dieu grec, il en avait été très flatté et amusé à la fois. Si cet homme charmant m’avait tout à coup soumise à une expérience prématurée du sexe, j’en aurais été traumatisée, et même sans aller jusque là, s’il m’avait simplement parlé de cela en termes crus et explicites.
Pourtant, au fond, je savais déjà ce que c’était que l’amour et la sexualité, et le jour où j’ai été prête, la conscience m’en est venue naturellement et je n’ai pas été étonnée. Mes lectures m’avaient préparée, et puis c’était en moi, comme celle de la mort.
J'ai été surprise de voir que Claire servait son prêtre d'époux à diacre et à sous-diacre, et qu'elle était, en sa présence, complètement en retrait. Quand j'en ai parlé à Xioucha, qui se bat seule avec ses six sauvages d'enfants, elle m'a déclaré: "Vous savez Lolo, vous me dites que ses enfants sont bien élevés et équilibrés, eh bien je pense que c'est comme cela dans les familles où les rôles sont distribués de cette manière, où il y a un père, où le père est le chef de façon indiscutable."
Je dois dire qu'en effet, cela correspond à mes propres constatations. Ce matin, sur Facebook j'ai trouvé un commentaire sur Facebook qui s'étonnait que je n'ai pas fait d'enfants. J'y ai répondu de cette manière:
En effet, et j'aurais bien voulu, j'ai même considéré cela comme l'échec de ma vie et sa malédiction. Cependant, au vu de ce qui se passe autour de moi et du destin de nombreuses personnes de ma génération ou de celles qui suivent, j'en suis arrivée à considérer que c'était la malédiction de mon époque et que j''en portais la croix collective. A l'âge de faire des petits Guillon, je ne rencontrais que des candidats à la baise vite et mal faite au lieu de possibles pères pour eux. Nous avions le choix, soi-disant et la liberté de nous envoyer en l'air et nous nous retrouvions mots d'angoisse dans une prison individuelle invisible, incapables de choisir, avec un sexe sinistre et dévalué auquel je ne me résignais pas, et j'ai regretté par la suite qu'un mariage arrangé par nos parents ne m'ai pas donnée au petit berger de 16 ans qui me faisait la cour quand j'en avais 14, j'aurais fait des petits Guillon, et je me serais sûrement entendue avec lui, je n'aurais d'ailleurs pas eu le loisir de me poser la question. J'aurais pu faire des petits Guillon avec n'importe qui, et j'en ai eu souvent envie, mais mon Guillon de père étant mort prématurément, je n'avais pas envie d'imposer à mon enfant de grandir sans père, comme ce fut le cas pour moi. Ne pas faire de petits Guillon n'a pas été pour moi un choix, d'ailleurs qui dit que nous avons le choix, dans la vie? Quelle supercherie moderne du genre "le bonheur est une idée neuve en Europe"? Le choix que nous avons est celui de surmonter notre malheur et de se tourner vers la transfiguration de notre vie plutôt que vers les bas-fonds ou le suicide
Je me suis aperçue que cette réponse recouvrait complètement la discussion que j'avais eue avec Claire, pendant notre agréable prise de contact.
.J’ai rencontré un correspondant Facebook, Roland, un homme éminemment sympathique et profond, avec lequel j’ai commenté également ce qui arrive à la France. Roland est catholique, il a eu la révélation à la suite d’un rêve spirituel, comme mon amie Hélène, alors que, comme elle, il était très loin de la foi. Il pense que le Christ appelle les gens et les regroupe, dans le désastre en devenir, et m’a parlé des prophéties de Marthe Robin : la France retrouvant le Saint Esprit à la suite d’un complet effondrement. L’aveuglement des gens devant les différents sinistres présages de plus en plus clairs qui nous parviennent, les craquements et les soubresauts de notre Titanic européen, le sidère. 
Il médite de s’exiler en Pologne, car il ne supporte plus l’antichristianisme déclaré, officiel et faux-cul de la classe politico-médiatique, sa propagande, ses manipulations éhontées de l’histoire.
Il est venu en Russie pour avoir un aperçu réel de ce pays vilipendé et, pour l’instant, y ressent une impression de dépaysement plus grande qu’aux Indes, de même que Françoise s’y trouvait plus dépaysée qu’en Thaïlande. A quoi est-ce du ? Il me dit : «Tout le monde est blanc. » Je pense que c’est loin d’être la seule explication, mais c’est quand même frappant de la voir venir à l’esprit d’un européen…
Je l’ai envoyé au père Valentin avec lequel il va très bien s’entendre.
Il fait encore nuit, en France, à six heures du matin, alors qu'à Pereslavl, le jour est déjà bien levé. Je réalise que je vis à présent dans les parages du cercle polaire. Jours très longs en été, très courts en hiver.


vendredi 14 juillet 2017

Ivan Vassiliévitch est mort

Le garçon qui a fauché le terrain m'a pris trois fois plus cher que le prix local, je l'ai su au café français. Il veut s'acheter un main coon, il lui manque 10 000 roubles. Je ne comprends rien de ce qu'il me raconte, il marmonne, il pourrait aussi bien parler chinois. Il veut devenir sauveteur militaire, je trouve cela plutôt chouette. Tout à coup, pendant que le lui servais un coup à boire, il me demande mon âge, je lui dis: "65 ans". Bon, j'ai l'âge que j'ai et puis je suis comme maman, je donne plus facilement mon âge que mon poids. Mais la question n'est pas délicate. Il rigole et me dit: "J'en ai 18." Eh oui, tu es jeune, mon petit gars, et alors?
J'espère qu'il ne me prenait pas pour une cougar...
Je n'arrive pas à me préparer à partir. J'irais volontiers 15 jours 3 semaines en France, mais partir pour plus d'un mois m'angoisse au plus haut point. avec toujours les mêmes galères, le visa fait dans la précipitation au prix fort, le billet pareil.
Ce qui me console, c'est Ivan le Redoutable et toute la bande, ceux qui m'ont attirée ici, en fin de compte, et les 500 pages que je leur ai consacrées. Voilà, mon tsar est mort, en jouant aux échecs avec Boris Godounov, comme dans la réalité, et mon deuxième livre est fini. Reste à le corriger, ça prend un certain temps, je reste encore un peu avec eux tous, mais que dis-je? Je resterai avec eux de toute manière. C'est scellé depuis mes quinze ans. Je leur appartiens mystérieusement.
J'appartiens davantage à la sainte Russie que les fonctionnaires qui font traîner mes papiers. Et que la plupart des libéraux qui ne la connaissent pas, qui en ont honte et la braderaient comme en Ukraine pour des slips en dentelles.

J’ai regardé de tous côtés
Voici que sonnait, que sonnait la glorieuse, la grande cloche,
Voici que sonnait la glorieuse grande cloche

Et comme elle résonnait, de sa voix en tous lieux,
Elle racontait comment notre idole était morte,

Notre tsar Ivan, Ivan Vassiliévitch, notre tsar.


Eeeeeh… Notre tsar, notre tsar Ivan Vassiliévitch,
Ivan Vassiliévitch, notre tsar, et voici qu’on lui fit un cercueil de cyprès,

Un cercueil de cyprès pour Ivan Vassiliévitch, notre tsar.

Moi, ce chant, je le connais! 
Ramène-moi en Russie, Ivan Vassiliévitch, notre tsar!


mercredi 12 juillet 2017

Les aléas de l'émigration

Ilya vient de m'apprendre que l'invitation demandée depuis déjà un bon moment ne sera pas prête avant le 8 août. Cela veut dire en gros qu'une fois de plus, je sais quand je pars, mais je ne sais pas quand je rentre. Il me faudra au moins 10 jours pour faire le visa. J'en ai pour minimum un mois. en espérant qu'il n'y aura pas de problèmes. Il paraît qu'il y a à cela des raisons techniques. Mais je suis effrayée et vivrai dans l'angoisse tant que je n'aurai pas ce permis de séjour. Je dépends absolument de l'humeur de ces fonctionnaires et me sens à la fois fragile et fatiguée. Il me faudra laisser mes animaux très longtemps, ce qui est toujours difficile pour eux. Je ne pourrai pas m'occuper du jardin, que je commençais à remettre en forme. Bref, ce n'est pas la joie.
Nous avons eu deux jours de beau temps, du soleil, un peu de vent, dans les 25 ° dans la journée. Robes d'été, séances de hamac et jardinage frénétique, avant que la pluie de revienne. J'avais planté un seringat qui était en  train de mourir, les racines dans l'eau en permanence. J'ai tenté de le déplacer. A sa place, j'ai mis des roseaux, c'est la seule chose qui poussera dans ce coin. Avec les iris des marais. Il me semble vivre dans un endroit étrange, une sorte de Camargue froide, de zone intermédiaire entre la terre et l'eau.
Le dressage de Rosie va s'interrompre pour une durée indéterminée. Ce dressage me casse les pieds, quand je la mène en laisse, je me sens moi-même attachée, il faut que je la surveille tout le temps, je ne peux pas regarder autour de moi, les fleurs des jardins, le ciel, les gens qui passent, je suis sur le qui-vive. Mais elle commençait au moins à le supporter, et voilà que nous en resterons là pour un bon moment.
Il va sans dire que pendant ce long mois et demie, je ne pourrai pas non plus faire de musique alors que je m'y remettais.
Je reviendrai, ce sera déjà presque l'automne, et cela fera presque un an que je vis ainsi le cul entre deux chaises.
C'est évidemment ce genre de galère que je redoutais quand je ne me pressais pas de prendre la décision de repartir. Je ne sais pas si, sachant ce que cela représente, je le referais. surtout avec la mort du petit chien à la clé.

La garde près du hamac

Essayez donc de faire la sieste avec ça...

mardi 11 juillet 2017

Mondanités

Mon voisin Oleg est un gros nounours très sympa. C'est le fils de Violetta, qui est gentille, mais autoritaire et intrusive. Il m'a emmenée changer la débroussailleuse défectueuse que j'avais achetée, et malgré l'absence du ticket de caisse, les vendeuses ont retrouvé mon achat sur l'ordinateur. Maintenant, ici, on ne rembourse pas ou n'échange pas comme ça. Déclaration signée, photocopie du passeport, délai d'attente.
Oleg m'a expliqué qu'il était marié avec une Ukrainienne d'Odessa. Elle attend comme moi un permis de séjour. La différence, c'est qu'elle est de culture et de langue russes, et combien sont-ils, de ces Russes que la trahison de leurs apparatchiks et de Boris Eltsine a mis du jour au lendemain à l'étranger? Poutine a mentionné ce drame, mais au lieu de leur ouvrir les frontières on leur fait autant de difficultés qu'aux musulmans d'Asie Centrale qui souvent ne parlent pas la langue et n'ont aucun lien ni spirituel, ni culturel avec la Russie, ou à une Française, comme moi. Je soupçonnais les fonctionnaires responsables de chercher à détruire la Russie de l'intérieur en décourageant ceux qui la consolideraient et en favorisant ceux qui peuvent lui nuire, mais lui pense que c'est une question d'argent, de ce qu'on peut soutirer aux candidats à l'immigration.
Il considère que tant que Poutine et le FSB contrôlent la situation, on n'a pas trop ici de souci à se faire.
En fin d'après-midi, j'ai donné un cours de français à deux gamines , dans le club attenant au café français. Puis j'ai vu la patron, Gilles, et sa femme Lika. Est arrivé un jeune couple. Elle vit depuis deux ans sur place, lui est acteur à Moscou: "Ah vous êtes la Française qui s'est installée ici?" Même chose avec deux hommes d'affaire qui ont ici une laiterie industrielle et qui m'ont raccompagnée en 4x4 Mercedes après m'avoir rincé la dalle.
Tous ces gens me parlent de l'Europe avec commisération et inquiétude. Ils vont visiter Paris, celui de Toulouse-Lautrec et d'Edith Piaf, et arrivent en Afrique. Ils sentent dans l'air "quelque chose de pesant, une angoisse latente". Un des hommes d'affaire qui avait émigré en Autriche à la fin des années 70, m'a dit: "C'est fichu. Même en Autriche, c'est fichu."
La bienveillance envers les Français ou plus généralement les Européens, est inaltérable, une immigration de Français est envisagée de façon parfaitement positive: "le pays est grand". On leur fera de la bonne bouffe, on donnera des cours de français aux enfants.
Cela me touche, mais mon cœur se serre quand je pense à ce qu'on nous a fait, à ce que l'on continue à nous faire, et à notre absence de réaction réelle. Je me sens pleine de chagrin et de colère.
Gilles m'a parlé des chevaux cosaques. C'est le "Parc Russe" qui est en faillite. Pour racheter les derniers chevaux il faut 120 000 roubles, soit 2000 euros.

Ce n'est pas la main dans le sac, mais la tête dans le sac
.



lundi 10 juillet 2017

Nadia et son troupeau

Rosie est en adoration devant les chèvres et les moutons de Nadia, que nous rencontrons en promenade. Dès qu'elle les voit, elle se jette à leur rencontre et se conduit avec une humilité et une délicatesse à laquelle je n'ai jamais droit, y compris avec la chienne de Nadia, Knopka. Elle se fait toute petite et aimable, rampe et frétille. Hier, comme elle commençait à mal se conduire, le mouton, après l'avoir avertie par un comportement menaçant, lui  a donné un grand coup de tête. Elle ne l'approche plus.
Nadia me dit: "Tous les chiots sont comme cela, idiots, c'est la vie qui les jette dans tous les sens, la joie de vivre. si un enfant est tranquille, ça veut dire qu'il est malade."
Il est vrai, mais il est des enfants plus ou moins agités, et des chiens pareil. Joulik était très gai et très joueur, mais être grondé par moi était pour lui une tragédie et j'en avais peu l'occasion. Alors que Rosie s'en fout complètement. Elle ne réagit qu'aux réponses physiques énergiques.
Les chèvres de Nadia lui donnent lait et fromage blanc, et elle m'en vendra quand elle en aura plus, et les moutons la laine pour les chaussettes ou écharpes. Mais ce sont surtout pour elle des animaux de compagnie. Toute l'équipe se comprend très bien.
Rosie en oublie de jouer avec Aliocha, le fils de la voisine d'en face. Aliocha aime dessiner, et m'a déclaré qu'il était cosaque et qu'il allait aux activités des cosaques, au Parc Russe...
J'ai eu la visite de la bonne Lioudmila, qui m'a bien aidée à me retrouver dans les factures d'électricité, de gaz etc., elles sont tellement illisibles et compliquées que je n'arrivais pas à les payer. Elle m'a bien aidée, et apporté des crêpes et de la confiture, mais je me suis rendu compte qu'elle était, comme beaucoup de femmes Russes d'ailleurs, terriblement autoritaire. J'ai eu droit à un couplet sur la chienne, qui devrait être enchaînée à une niche, sur les chats, qui grimpent n'importe où, sur mes rideaux (quelle idée d'utiliser des tapis comme rideaux! cela vous plaît?), la couleur des murs, et je me sens complètement infantilisée, une vieille toquée qui a besoin des compétences d'une personne raisonnable et attentive.



vendredi 7 juillet 2017

Les icônes du père Grégoire et de Léonid Ouspensky

saint Séraphin de Sarov par le père Grégoire

J’ai été très émue de tomber sur ce compte-rendu d’une exposition consacrée au père Grégoire et à Léonid Ouspensky.

Lorsque je suis arrivée à Paris toute jeune pour étudier le russe aux Langues O, hantée par la Russie, et décidée à devenir orthodoxe, j’ai commencé par rencontrer Léonid Ouspenski, et j’ai un peu travaillé avec lui, c’est essentiellement lui qui m’a appris le peu que je sais de l’iconographie et je n’ai rien oublié de ce qu’il m’a montré ou dit. C’était un homme sévère et taciturne, qu’exaspéraient parmi ses élèves une religieuse catholique et une vieille Russe incapable de faire un dessin normal. Lorsque je lui avais demandé de m’apprendre la dorure, il m’avait toisée par-dessus ses lunettes et m’avait demandé : « Pourquoi ? Vous êtes riche ? »
Ensuite, j’ai fait connaissance avec le père Serge, père spirituel du père Grégoire, qui venait malheureusement de mourir, et avec le père Barsanuphe, qui m’avait, comme la dame de l’émission, expliqué les icônes et les fresques du Skite du Saint-Esprit où il m’avait accueillie. Ce moment a été déterminant dans ma décision de devenir orthodoxe, car ce langage des icônes me parlait profondément et me rendait mes racines médiévales, me reliait à tout ce que nous avions perdu en France et que les Russes me restituaient.  J’ai été recentrée spirituellement et enracinée par cette rencontre avec ces icônes inspirées et plus tard par ma découverte du folklore russe authentique auprès de Skountsev et de Mikhaïl Korzine. C’était comme une greffe de mon individualité flottante, qui n’avait pas reçu de tradition religieuse réelle, ni de tradition populaire sur un tronc vénérable aux racines profondément ancrées dans le fin fond des siècles. D’où le sentiment que j’ai  d’avoir trouvé une patrie en Russie, mais sans perdre pour autant ma patrie d’origine, dont je rejoins parfois la substance profonde au travers de mon expérience orthodoxe. Car cela répondait à un vrai besoin de sortir d’un monde superficiel, hors sol, entièrement plat, coupé de son passé et tourné vers un futur qui par définition n’existe pas, alors que le passé est inclus dans le présent, lui-même réduit à une mince pellicule à la surface de l’énorme masse des siècles qui ne cesse de dévorer la minute suivante.
L’originalité du père Grégoire et d’Ouspenski est d’avoir fait des icônes modernes qui me rendaient l’abîme des siècles dans le moment présent. Elles étaient imprégnées de tout ce qui les avait précédées, mais elles étaient actuelles, à la fois immédiates et immémoriales. Comme le moment où mes cosaques chantent une byline, avec tout l’arrière-plan des ancêtres qui la leur ont transmise.
Je ne trouve pas cet esprit dans les icônes russes actuelles qui me semblent souvent des reconstitutions dont la spontanéité, la vie, cette sève qui monte jusqu’à nous depuis les racines de l’arbre sont souvent absentes. Elles sont « bien peintes » et bien dorées. Les gens choisissent leur style : byzantin, quatorzième siècle, dix-septième siècle… Comment est-ce possible ? Riches de toute cette tradition, c’est aujourd’hui que nous vivons… Les chants de mes cosaques, venus d’avant Pierre le Grand, c’est aujourd’hui qu’ils les chantent, même si chantent à travers eux toutes les générations précédentes.

Et le travail de ces deux Russes émigrés, exilés, reste peu connu et peu apprécié ici, malheureusement.

jeudi 6 juillet 2017

L'immortalité


Je me suis échappée à Moscou. J’étais très heureuse de revoir Xioucha, Zakhar, toute ma merveilleuse petite bande de jeunes gens moscovites. Même les enfants, je les ai revus avec plaisir. Xioucha a un nouveau buffet dans sa cuisine, et comme j’en faisais la réflexion à son fils Adam, il m’a dit : « Faites connaissance : buffet, je vous présente Lolo, Lolo, le buffet. »
Zakhar m’a demandé ce que je pensais du transhumanisme, de l’immortalité qu’il promettait, sous forme de cyborgs, si c’était à mon avis réalisable. Je lui ai répondu : « Peut-être et une certaine caste de fondus projette d’y arriver, de réduire, dans cette perspective, drastiquement la population terrestre,  de détacher complètement l’homme de la nature et la procréation de l’amour, du couple, et même du corps de la femme. Une question : avez-vous envie d’être immortel dans ces conditions ? Imaginez l’état de votre personnalité, si votre corps n’est plus qu’une machine ou si l’on a transplanté votre tête sur un autre corps.
- Je suis d’accord avec vous, je me demande simplement si c’est réalisable…
- Cela ne se réalisera pas, a déclaré Olia, la sœur de Xioucha, en rinçant un verre, parce que d’ici là, nous aurons eu l’antéchrist et le second avènement du Christ. La seule immortalité valable, c’est celle des corps glorieux, après la Résurrection, dans la Jérusalem Céleste, qu’est-ce que tu vas chercher, Zakhar ?
- Ces spéculations sont toujours intéressantes, car cela éclaire ce que nous vivons à présent.
- Ce que nous vivons à présent, dit Olga, mariée avec un Français à Paris, c’est Sodome et Gomorrhe pour la deuxième fois.
- Oui, c’est aussi mon avis. Avec des conséquences possiblement identiques. Zakhar, je signerais pour naître une seconde fois au moyen âge. Mon époque me fait horreur. Vous comprenez que pour un homme du moyen âge, et pour moi-même, rien n’est fermé, rien n’est étanche, tout communique, les gens entre eux, les gens avec le cosmos environnant, avec leurs ancêtres, avec tout ce qui a été, et le souci de tous, c’est la mise en communion de tout dans le Christ, toutes choses et toutes créatures irriguées en permanence par le souffle de l’Esprit, « que tout souffle loue le Seigneur » ; ce que vous ressentez quand passe le vent, quand vous plongez dans l’eau, quand vous prenez quelqu’un dans vos bras, quand des oiseaux traversent les nuages, tout cela vaut le coup d’être éternel, mais que vaut l’éternité des cyborgs, une éternité de machine ? On reconnaît le diable à ceci qu’il est le père du mensonge et que tout ce qu’il nous donne est de la fausse monnaie ! »
Zakhar hochait la tête, avec son sourire ironique et ses yeux captivants. Il me recevait cinq sur cinq.
Olga m’a dit quelque chose qui m’a frappée : «On se fait tous notre propre paradis, si le vôtre, c’est les illustrations de Bilibine, vous aurez Bilibine ! » Et c’est quelquefois ce que je me dis, au bord du lac, ce lac que je voyais dans le film d’Eisenstein Alexandre Nevsky à dix huit ans, et près duquel j’habite à présent. Que ma maison chez le Père s’appellera sainte Russie.
Auparavant, j’avais assisté à la présentation de trois livres de Iouri Iourtchenko. Cela se passait dans une cave glaciale et antique du Fond de Culture Slave, où Skountsev et les cosaques répétaient à un moment. Le premier, « le Témoin »,  concerne l’expérience de Iouri au Donbass, où il a été prisonnier des Ukrainiens, et torturé pendant dix jours, avec toutes les subtiles relations qui font que rien n’est vraiment blanc ni vraiment noir, les gens qui l’ont aidé, ou épargné, qui se sont soucié de lui en cachette, qui lui ont demandé pardon. Le second parle de la Tchétchénie et des mensonges médiatiques formidables qui entourent cette affaire, exactement comme ailleurs, livre que je vais m’efforcer de traduire, « Djihad ». Il serait en effet salutaire qu’il fût lu chez nous, car là encore, tout communique. Mais j’ai parfois la déprimante impression qu’une partie des gens, en France, mais aussi en Russie, a pris une mentalité de secte Moon, et que même avec des témoignages irréfutables et des démonstrations éclatantes, rien ne les fera démordre de leur délire idéologique. Un peu comme le bourgeois de Tartufe, qui, lorsqu'on lui énumère les turpitudes de son protégé, répète « le pauvre homme » avec attendrissement. Il est cependant de notre devoir de faire parvenir les témoignages et de dire la vérité, c’est ce que Iouri expliquait à son public, et on lui reproche en fait ouvertement de mettre en cause les mensonges établis.
Il a présenté en dernier l’œuvre de sa vie, une pièce en vers, « Faust et Hélène », que je suis en train de lire.



samedi 1 juillet 2017

Le cosaque et Marfa




La dresseuse de chiens, Olga, m'a montré comment dresser le poil du mien qui fait "sa crise d'adolescence", et puis les laïkas sont des chiens difficiles, oui, je m'en suis rendu compte, et j'ai vu qu'elle-même, qui est baraquée avec de la poigne, n'en venait pas si facilement à,bout.
Au cours de la séance est arrivé le cosaque Boris Alexeïevitch, avec sa plus jeune fille Marfa, qui a dans les huit ans. "Laura, tu dois laisser ce chien dehors, il te fait pis que pendre, c'est un chien fait pour rester dehors, et tu me fais pitié, là!"
Il m'a emmenée au village de Gorodichtché, près du lac. Ce sont tous ces merveilleux endroits que guettent les promoteurs et défigurent déjà des barrières métalliques. Il ne faut avoir aucun respect de son histoire ni de ses ancêtres, ni de leur foi, ni de leurs traditions, il faut avoir un porte-feuille en guise de cœur, pour toucher à ce paysage. Boris le cosaque regrette comme moi la construction anarchique de cottages prétentieux et horribles. Une habitante du coin, rencontrée sur place avec sa famille, le regrette également.
Marfa m'a cueilli un bouquet de fleurs sauvages aux tiges trop courtes. "J'ai pitié de toi, me dit Boris, parce que ce n'est pas facile de vivre chez nous, il te faut appartenir à une communauté. N'hésite pas à nous appeler et à venir nous voir, si les cosaques te protègent, il ne t'arrivera jamais rien."
Le cosaque Boris aimerait créer une "stannitsa" dans un village des environs où il a acquis des terres, avec des gens qui voudraient vivre de façon traditionnelle et écologique.





Boris Alexeïevitch et Marfa

A l'endroit de la croix orthodoxe, on prévoit une statue d'Alexandre Nevski

La lumière variait sans cesse, illuminant tantôt le lac, tantôt le premier plan.


L'église de Gorodichtché avec le monastère Nikitski en arrière-plan




Et pour finir, derrière le monastère saint Nicétas le stylite, l'arc-en-ciel presque quotidien


vendredi 30 juin 2017

Eté?


Le lac étendu rêve, ses pensées dérivent, il les laisse partir dans le ciel, et elles lui reviennent sous forme de reflets. Nous allons avoir une espèce d'été.
J'ai rencontré mon voisin de derrière, quand je revenais de promenade avec le monstre. Il était en train de creuser un caniveau devant mon portail nord, pour y mettre un tuyau et évacuer l'eau, ce que je comptais faire ultérieurement. En France, il serait venu me sommer de le faire, là, il retrousse ses manches et le fait lui-même. "Voulez-vous que je vous paie quelque chose?
- Mais non, passez plutôt nous voir, je m'appelle Vadim, et vous?
- Laurence.
- Ma femme sera là tout l'été, elle s'appelle Yana."
Mes voisins sont tous gentils, bien disposés, ils supportent même mon chien. C'est une chance, il peut y en avoir ici de très méchants, parfois.
Rosie est encore tombée dans la cave en poursuivant les chats à travers la lucarne qui débouche dans le jardin. Et au lieu de venir vers moi, quand je l'appelais, depuis la trappe, elle restait sur place à pousser des cris déchirants. Il m'a fallu descendre là dedans, avec des bottillons en caoutchouc, mais il m'aurait fallu des bottes d'égoutier. J'ai récupéré cette andouille qui n'a rien eu de plus pressé, le premier état de confusion passé, que de se précipiter sur mon lit, avec ses pattes immondes. Quand je pense que certains soupirent devant les chiots qu'ils ne devraient jamais grandir...
Le lit reste l'objet de toutes ses convoitises et elle cherche à en faire la conquête avec acharnement. Hier, j'ai laissé tomber, elle y est montée à cinq heures du matin, la lutte avec elle m'aurait interdit de me rendormir et je n'en peux plus. Elle m'a fait un câlin, sans mordiller. Je vais peut-être aller au compromis: interdit la nuit mais permis le matin, au réveil, en revanche pas au petit-déjeuner, privilège des chats, et puis un chien qui me saute dessus quand j'ai ma tasse à la main, merci.

Le lac par bouffées souffle au ciel ses anges
Qui passent lumineux au dessus des forêts
Du monastère lointain les cinq bulbes dorés
Font aux rives des prés des étoiles étranges

Dans les creux du chemin des flaques dispersées
Ouvrent des yeux d’azur dans les plis de la terre
Se déployant froissés sous la brise légère
Et fauchant au passage de grandes fleurs dressées.

Les nuées dans le nord sont nos seules montagnes
Aux blancs sommets d’argent sur des pentes obscures
Que le vent déplaçant sur les vastes campagnes
Ebranle et démolit au travers des ramures.

Je me souviens de vous, collines cévenoles
Sous le soleil brûlant votre encens balsamique
Que me paraissent loin dedans vos herbes folles

Les gais coquelicots et leurs rondes comiques.

jeudi 29 juin 2017

Bonjour la France

C'est en français, c'est bouleversant, et ça s'adresse aux sourds et aux aveugles dans l'espoir d'un miracle.
Le peuple du Donbass est systématiquement exterminé, ce qu'on appelle les séparatistes sont des gens du pays qui résistent, l'armée russe n'est pas entrée en Ukraine, sinon, cela serait terminé depuis déjà trois ans. Les civils le crient depuis le même laps de temps sans  que personne ne leur donne la parole, au contraire, on fait tout pour l'étouffer. Comme en Syrie, comme au Yemen, et avant cela en Irak et en Yougoslavie. En ce moment, des résistants du Donbass, enlevés par les Ukrainiens sont torturés et leurs familles subissent des pressions, pour obtenir d'eux qu'ils prétendent être des soldats russes, afin de justifier les horreurs commises là bas.
Philippe Ekoziants est un écrivain ukrainien d'origine arménienne. En dehors du Donbass, c'est toute l'Ukraine qui s'écroule et qui est traitée comme une colonie. Il prend la peine de nous l'expliquer en français dans une vidéo personnelle et confidentielle qu'il nous demande de diffuser un maximum.
Je la diffuse en espérant que les gens préféreront l'écouter lui, plutôt que des journalistes vendus au Nouvel Ordre Mondial.
Il y a des moyens de savoir. Ne pas savoir est un choix qui nous rend complices de tout cela, un aveuglement délibéré. Ce qui se passe en Ukraine, c'est le sort qu'on cherche à imposer à la Russie, et c'est celui qui guette toute l'Europe.
Et qu'on ne vienne pas me parler de propagande de Poutine, quand ces vidéos, toutes les vidéos tournées sur place et traduites bénévolement dépassent rarement les mille vues, parce qu'elles ne sont pas homologuées par la bien-pensance.


En complément, déjà difficile à trouver sur youtube


Conversations avec monsieur Poutine (3/4) от Georges MALAKOFF на Rutube.

mercredi 28 juin 2017

Rosie ko mnié

Il fait enfin beau, un temps printanier, soleil, petite brise fraîche. Les nuages se lèvent plus tard que moi. Quand je pars promener le monstre, le ciel est tout bleu, puis le lac souffle petit à petit d'énormes créatures éblouissantes qui dérivent.
Il y a une chose que je n'arrive absolument pas à saisir sur la pellicule, c'est l'éclat des coupoles dorées du monastère saint Nicolas, qui font comme des étoiles diurnes au détour des chemins.
Rosie se fiche éperdument de mes "ici, Rosie, Rosie ko mnié" assortis de petites friandises, c'est une anarchiste totale. Ca l'a amusée cinq minutes, maintenant c'est râpé. La seule chose dont elle ne se fiche pas, c'est de mes crises de rage qui me mettent dans des états limite. Si nous rencontrons des gens, elle va obligatoirement leur sauter dessus avec ses pattes dégueulasses et beaucoup de persévérance. Ce matin, elle a couru allègrement dans les hautes herbes, joué avec deux chiots sauvages.
Elle mène une guerre sans merci pour gagner une place sur mon lit, or je m'y refuse, car j'ai déjà les chats, ça va bien, et puis il paraît que ce n'est pas pédagogique. En réalité, un chien de traîneau devrait rester dehors et vivre en meute, et si possible travailler. D'ailleurs, la meute lui manque, c'est clair.
Je donnerais n'importe quoi pour lui trouver une famille normale où elle serait beaucoup mieux à sa place.
Parfois, je sais qu'elle est sur mon plumard, mais je fais semblant de ne pas le voir pour avoir la paix cinq minutes.
Elle m'a cassé un delphinium qui préparait une fleur, et des fleurs cette année, il n'y en aura pas beaucoup. Elle s'attaque avec prédilection à ce que j'ai planté avec amour, rarement aux herbasses adventices.
J'ai essayé de faucher et découvert que si la débroussailleuse à essence est une merde qu'il faut changer, et qui ne marche pas, la débroussailleuse électrique en est une aussi: la roue pour couper les hautes herbes ou les plantes résistantes ne coupe rien, et le manche de l'instrument se défait constamment. De même mon aspirateur marche mal, l'allumage reste coincé. Encore heureux que l'électroménager semble opérationnel. J'ai l'impression qu'ici, on te vend les machins dont on ne veut pas ailleurs. Mais on les paie, ces machins, et pas si bon marché que ça!


mardi 27 juin 2017

Etat souverain

J'ai regardé hier soir le documentaire d'Oliver Stone sur Poutine mais pas le débat, ou plutôt je me suis endormie devant, c'était trop tard pour moi. J'ai vu ce matin que les chacals de la médiocratie glapissaient à qui mieux mieux et déjà, hier, j'avais sur mon fil de commentaires, sur facebook, une trollette qui hurlait au dictateur et à la propagande. Il faudrait parler à ce type d'un ton agressif, comme s'il était au tribunal, et encore pas n'importe quel tribunal, un tribunal révolutionnaire destiné à épurer et réprimer. C'est ce qu'on fait avec le Pen et généralement toutes les têtes de Turc de la bobocratie, et ceux qui, ouvrant les yeux, quittent ses rangs un jour, comme le journaliste qui avait fait un documentaire relativement honnête sur l'Ukraine. Pour ces gens, nous sommes incapables de nous faire une opinion par nous-mêmes. Nous ne pouvons qu'être endoctrinés, sinon par eux, alors par ceux qu'ils détestent sans aucun argument que des calomnies et des incantations assénées avec aplomb et destinées à intimider et museler d'éventuels contradicteurs. Le reproche fait à Oliver Stone doit être compris au rebours de ce qu'il est, puisque cette clique retourne tout: on lui reproche non de faire de la propagande mais justement de ne pas en faire, dans le sens unanime du fantasme occidental homologué. Il me semble que toute interview devrait partir du désir de donner à l'interviewé l'occasion d'exposer son point de vue, qu'on l'aime ou qu'on ne l'aime pas, avec politesse et attention, sans complaisance servile ni agressivité systématique, et non d'organiser un interrogatoire. C'est ce que fait Oliver Stone, et il est évident qu'il trouve Poutine sympa, ce qui est son droit, je dois dire que moi aussi.
Je l'ai trouvé sympa dès le départ, par son discours direct, intelligible, ferme et mesuré. Après la marionnette ivrogne qui l'avait précédé et qui avait mis la Russie à genoux devant les oligarques et les Américains, son apparition me parut avoir quelque chose de miraculeux. J'avais dit à mon père spirituel, monarchiste et viscéralement anticommuniste: "Le KGB reprend les rênes? " Il m'avait répondu: "Le KGB a au moins le sens de l'état." En dépit de tout le mal que je pense de cette institution au départ, mon séjour en Russie m'a appris à nuancer ma position. Car le KGB, devenu FSB, n'en est pas resté au stade du NKVD et de la Guépéou, les choses ont évoluées, et aussi, les services secrets de défense nationale et de renseignement ne sont pas la même chose que la police de répression politique. J'avais eu l'occasion d'en parler avec un ancien colonel du renseignement, rencontré en croisière, homme intelligent, patriote et orthodoxe. Le FSB n'est actuellement rien d'autre qu'un service de renseignement, analogue au nôtre, je ne dirais pas à la CIA, car la CIA aujourd'hui me paraît aussi néfaste, dangereuse et tentaculaire que le KGB de la grande époque, sinon plus, car elle bénéficie de beaucoup plus de moyens. Du reste, on observe que les dissidents vont en sens inverse. Iouri Iourtchenko, indigné par les mensonges médiatiques français à propos de l'Ukraine et du Donbass, est parti faire de la réinformation que personne ne voulait écouter, et après avoir été torturé par les bataillons néonazis, est revenu définitivement à Moscou. Snowden n'a trouvé de refuge qu'en Russie. Moi-même, malgré mon âge et les difficultés d'un déménagement là bas et de l'obtention d'un permis de séjour, je suis partie. Je suis partie, en dehors d'autres raisons personnelles et spirituelles, pour être dans le bon camp, contre les fauteurs de troubles, de guerres civiles, contre la mafia bancaire internationale qui noyaute tout l'Occident et voudrait dominer le monde, contre les manipulateurs de société, les corrupteurs de moeurs, les organisateurs d'invasion, les destructeurs des pays qu'ils contrôlent en se conduisant comme des parasites. Loin d'eux, le plus loin possible. Même s'ils ont ici leurs suppôts et leurs dupes, la Russie, comme le rappelle Poutine, à la différence de la France vassalisée, est un état souverain.
. D'après le documentaire d'hier, je dirais que contrairement à ce qu'on nous assène, ce n'est pas lui qui ment, et cela se voit et s'entend. A certains moments, il refuse de répondre, il esquive la question. Nous entrons dans les secrets d'état, il ne nous en donne pas l'accès. Mais pour tout le reste, ses propos sont clairs, argumentés, étayés, il prend la peine de tout expliquer avec calme, il ne glapit pas des slogans, des incantations et des contre-vérités comme les dirigeants occidentaux, en essayant d'empêcher les autres de parler et d'écouter. Les gens devraient être considérés comme capables de juger par eux-mêmes sans ce concert d'imprécations, préalables et postérieures, destinées à les assourdir. Il nous fait l'honneur de nous supposer assez intelligents pour le faire.
En démocratie française exemplaire, je n'ai jamais pu voter pour quelqu'un qui me plaisait vraiment. Je votais contre ceux qui me déplaisaient le plus, jusqu'au jour où j'ai vu que c'était bonnet blanc et blanc bonnet, nous l'avons d'ailleurs tous vu, et nous avons vu, à gauche et à droite chez les gens conscients, comment le pouvoir était confisqué, l'opinion manipulée, la population bernée. Je n'ai jamais pu vraiment m'exprimer non plus, car je n'avais pas la forme d'esprit ni les opinions qu'il fallait, et me retrouvais ostracisée. Avec la plupart de mes amis, je me taisais sur tous les sujets politiques. A la fac, j'ai été l'objet d'une vraie persécution de la part d'un professeur qui m'avait acculée à dire le fond de ma pensée. J'assiste depuis longtemps à la destruction de mon pays par des élites écervelées et des malfaiteurs qui les utilisent. Ceux qui ne participaient pas à cela laissaient faire par négligence, inconscience, paresse, et puis, il faut bien le dire, on peut avoir de l'instinct et du bon sens, mais il n'est pas à la portée de tout un chacun de comprendre ce qui se passe au plan politique, national et international. Sans être forcément des imbéciles, les gens n'ont pas tous le temps ni la forme d'esprit pour se pencher là dessus et en tirer les bonnes conclusions. Néanmoins, il est à la portée d'une personne normalement élevée de faire la différence entre une expression franche et une gueule de faux témoin, un discours étayé et clair et un salmigondis idéologique pour victimes de la secte Moon.
Pendant le débat où j'ai dormi, j'ai capté qu'on affirmait que Poutine mentait en prétendant ne pas contrôler l'information. Sur quelle base l'affirme-t-on? La presse russe est en partie exactement dans la même mouvance que la nôtre et répète, par exemple, à ses sectateurs, (sectateurs est le mot) que les troupes russes sont entrées en Ukraine, ce qui ne résiste pas à l'examen du plus élémentaire bon sens et n'est prouvé absolument par rien. Nikita Mikhalkov a démontré dans ses émissions Besogon comment le journaliste Ganapolski trafiquait délibérément l'information, au sujet de l'Ukraine et de la Crimée, coupait la parole à ceux qui le contredisaient et les insultait, il a montré les "opposants" en congrès quand ils proclamaient la nécessité de démembrer la Russie, de la casser en plusieurs morceaux et de la mettre sous gouvernement international, je l'ai vu de mes yeux, entendu de mes oreilles, traduit, la vidéo est bloquée par youtube. Tous ces opposants, que je qualifierais plutôt de traîtres et de marionnettes oranges, tous ces journalistes malhonnêtes et haineux se portent fort bien et continuent à empoisonner tranquillement les esprits, la différence entre la Russie et nous, c'est qu'il y a aussi des médias qui leur apportent la contradiction, ce que nous n'avons pratiquement plus.
Je vois ici des gens mécontents, et souvent pour de bonnes raisons. Cependant, dans le moment difficile que nous traversons, et après les bouleversements qu'a subi la Russie, la période Eltsine faisant suite au communisme, je ne vois pas comment cela pourrait être ici le paradis du jour au lendemain. Qui plus est, les raisons de mécontentement sont souvent locales et nécessitent une résistance locale à l'impudence, la cupidité, la malhonnêteté de fonctionnaires qui se croient tout permis. Ces gens croient souvent que nous avons en Europe la démocratie idéale et un niveau de vie sensationnel. Ce sont des gens qui restent, comme les occidentaux, au niveau de leur quartier et de leur cour d'immeuble, et rêvent que l'herbe est plus verte ailleurs. Au moment même où notre niveau de vie s'effondre et où notre petit accident historique prospère et humain est battu en brèche par l'avènement d'une dictature libérale internationale et l'invasion qu'elle organise, l'intellectuel russe continue de rêver démocratie idéale, petits cafés, petits restaurants, petits commerces, gentils fermiers, aimables agents de police, Louis de Funès, Charles Trenet, Pierre Richard, en gros, les années 50 et 60. Quand ils viennent chez nous en touristes, c'est souvent ce qu'ils voient, ils ne sont pas au courant des suicides massifs de nos 6% d'agriculteurs, des centre-villes qui meurent, des SDF en quantité exponentielle, des manipulations d'opinion, des bourrages d'urnes, des intimidations diverses, de l'unanimité en béton de la presse, des délits d'opinion entraînant lourdes amendes et peines de prison, de la corruption et de l'arrogance de nos petits marquis, du double standard systématique dans le traitement des gens, selon qu'ils appartiennent à telle ou telle mouvance, ethnie ou religion. Je pense personnellement que c'est l'ensemble de la planète qui va mal et cela ne va pas s'arranger, pour toutes sortes de raisons, dont la première est la cupidité effrénée et l'absence totale de scrupules des puissances d'argent, des lobbys.
Cependant, dans ce monde qui va mal, la Russie qui souffre comme les autres et a souffert beaucoup plus, est un ETAT SOUVERAIN.
Actuellement, un état qui n'est pas souverain ne peut être dit démocratique, puisque on se fout éperdument dans les hautes sphères transversales de ce que le bon peuple préfère, nous l'avons déjà vu maintes fois. Un état vassal fait ce que lui dit son suzerain et il est dirigé par des compradores, autrement dit des traîtres, des hommes de main. C'est notre cas, avec nos élections trafiquées, notre presse entièrement noyautée par quatre ou cinq milliardaires. Nous n'avons donc aucun droit à critiquer le gouvernement russe. Occupons-nous plutôt du nôtre ou de ce qui en tient lieu...